Blason de Mauleon Soule
Mauléon est une ville en deux parties, coupée par le gave du Saison. A l'est, la ville proprement dite, ancienne bastide dominée par son château fort.
 

A l'ouest, Licharre, ancienne commune indépendante devenue un quartier commercant et industriel, où se groupent les fabriquants d'espadrilles de corde qui firent de Mauléon, le premier centre indutriel du Pays Basque intérieur. Deux monuments, retiennent l'attention, le château fort et l'hôtel de Maytie. Le château date du XII éme siècle. Après de longues années de résistance face aux anglais, il dut se rendre en 1307. Ces derniers y installèrent un capitaine chatelain jusqu'à ce qu'ils cèdent la place à la maison de Foix en 1449. Le château fut le théâtre de la plus sanglante révolte de la province. Le peuple sous la conduite du curé de Moncayolle prit les armes. Ils furent écrasé par les nobles et les troupes royales.>
Aujourd'hui le château dresse ses murailles au dessus de Mauléon.On peut encore parcourir son chemin de ronde. A l'intérieur, le promeneur découvrira une exposition retracant son histoire illustré par de très nombreuses gravures.

Mauleon
Dans la ville basse, se dresse la plus belle demeure Renaisance du Pays Basque, le château de Maytie , édifié par l'évêque d'Oloron au XVIIéme siècle. Immense toiture, fenêtres à meneaux, tours d'angles carrés, tout contribue à donner à cet édifice l'allure d'un magnifique palais.

Au temps de la préhistoire
Les recherches et les fouilles entreprises en Soule depuis de nombreuses années permettent d'affirmer que cette région était habitée il y a 60000 ans au moins. Nomades chasseurs et cueilleurs, sédentaires ont laissé de nombreux vestiges qui nous indiquent les modes de vie ancestraux.
Des outils d'époques différentes, des grottes ornées de peintures pariétales, des sépultures ( dolmens et cromlechs ), des camps fortifiés témoignent de cette longue histoire.

 Du Moyen Age à la Révolution
La position de la Soule, limitrophe du Béarn, de l'Aragon, de la Navarre et de l'Aquitaine a provoqué force convoitise au cours de son histoire. Elle ne fut pas non plus épargnée par les guerres de religion et dut subir le prosélytisme d'ambition territoriale de familles aristocrates rivales qui, se disputérent durant trois siècles la possession du château de Mauléon, place forte des plus convoitées.
Au commencement La Soule entre dans l'histoire avec la venue des romains . Mais les romains contrôlent essentiellement les voies de communication et ne pénètrèrent vraisemblablement pas dans l'arrière pays. Les seuls vestiges de cette époque sont le trésor de barcus ( 1800 pièces d'argent ) et la pierre de la Madeleine. Le temps des invasions Après la paix romaine, les invasions barbares se succédérent. Les "Vascons" ( appelés aujourd'hui Aquitains ), farouches guerriers, résistérent ensuite aux francs, aux armées de Dagobert et à Charlemagne à Ronceveaux. Après les invasions Normandes, un régime féodal s'installa en Soule.
La Féodalité en Soule Entre le IX éme et le XI éme siècle, de nombreux fiefs furent établis, avec une particularité, les terres étaient libres et exemptes de servitude. Aliénor d'Aquitaine épousa Henri II en 1152, lequel fut proclamé Roi d'Angleterre. La Soule devint ainsi vassale de l'Angleterre.
An 1449, gaston Phoebus, arracha le château à Louis de Beaumont. Ainsi prit fin la domination anglaise sur la Soule. Les guerres de religion La soule ne fut pas épargnée par les guerres de religion. Elles favorisérent la reprise des luttes entre les familles de Luxe et de Gramont.

Le Comte de Trois-Villes et Matalas, des héros souletins
Louis XII mit aux enchères ses domaines. Arnaud de Peyrer, Comte de Treville racheta le Vicomté de Soule après son passage chez les mousquetaires.
Les Etats de Soule firent de nombreuses démarches afin de racheter leur bien. De ce fait le Comte de Treville entra en conflit avec la maison de Gramont. Chacun voulant percevoir les impôts au moyen de ses propres collecteurs, la population se révolta. Bernard de Goyenetche, curé de Moncayolle prit la défense de la rebellion sous le surnom de de Matalas. Plus de 5000 paysans armés marchérent vers les troupes de Trois villes. Vainqueur, il fera régner pendant des mois une dictature.
En Octobre 1661, des cavaliers du roi Louis XIV mettront un terme à cete révolte. Capturé par les Mauléonnais, Matalas fut condammé à être écartelé. Sa peine sur l'entremise de l'Evêque d'Oloron fut commuée en décapitation.Pour les habitants de la Soule, Matalas est, et restera un symbole de liberté.

De LouisXIV à la révolution Française
Sous Richelieu puis Mazarin, l'administration etatique grignote peu à peu les privilèges locaux. Le coup de grâce fut porté par la Révolution Française qui imposa la même loi sur tout le territoire. La Soule ne représentait plus alors que deux cantons des Pyrénées Atlantiques.

Mauléon capitale de l'Espadrille (Espartina)

Mauleon
Crédit Photo http://www.espadrille-creation.com

Il est difficile de déterminer la naissance de cet artisanat bien que l'on raconte qu'au XIII éme siècle les fantassins du roi d'Aragon étaient chaussés d'espadrilles. Dés le 18 éme siècle, l'espadrille est fabriquée dans le Pays Basque par des artisans du chanvre et du lin.
C'est au début du XIX éme qu'une famille de Mauléon se lance dans la vente d'espadrilles en grande quantité et les collecte au domicile des artisans dans les villages voisins. Ainsi apparait le fabricant de sandale: en fait il ne les fabrique pas mais organise et distribue le travail à domicile.
A
partir de 1880 on fabrique les espadrilles en usine. Son usage se répand dans les mines du nord où au fond, on use une paire par semaine. Cette nouvelle demande, aboutira à la création de 30 usines en Soule.Les premières difficultés apparaissent après la guerre; à cette période afin d'éviter les coups de grisou, on humidifie les mines, les semelles de corde des espadrilles ne peuvent y résister.
Dans les années 80, un nouveau coup est donné à la production par l'apparition d'espadrilles asiatiques sur le marché.
Aujourd'hui, l'espadrille de Mauléon est devenue un article de loisirs et de détente et sa fabrication est devenu semi-artisanale.

Mairie : 05 59 28 18 67
Office Tourisme : 05 59 28 02 37
Site Internet
Site Internet

  
MAIL : webmaster@iparralde.net   
Copyright 2008 WWW.IPARRALDE.NET RéalisationJ.Managau Tous droits réservés